Pour une alimentation saine, préventive et curative : découvrez Julie de crudivorisme.com

On découvre son nom dans de nombreux commentaires sur les blogs et sites spécialisés en alimentation vivante et après quelques recherches, on se rend vite compte que Julie est la personne qui a lancé, il y a maintenant 5 ans, le site crudivorisme.com. Alors que l’approche crudivore se développe timidement, imaginez un peu l’impact de ce site qui regroupait, pour la première fois et en langue française, des recettes, informations et témoignages sur l’alimentation vivante.

Julie Belzil de crudivorisme.comAlors, traversons l’atlantique et partons à la découverte de cette pionnière du cru

 

Bonjour Julie ….peux-tu nous dire tout d’abord en quelques mots qui tu es !

J’habite le Québec et suis cuisinière végé de métier  et par passion. Depuis l’arrivée de mes enfants, c’est à partir de ma cuisine que je continue de partager ma passion, en élaborant des recettes crues et végétales et en les partageant grâce à Internet. La cuisine se transforme en un restaurant, mes jeunes aide-cuisiniers/goûteurs virevoltent autour de moi et babillent, mettant la main à la pâte, trempant leurs doigts dans les sauces et donnant leur opinion sur tout. Pas toujours de tout repos… mais je ne changerais pas de métier !

Es-tu crudivore depuis longtemps et comment en es-tu arrivée à manger cru ? Quels bienfaits en as tu ressenti au niveau de ta santé ?

D’aussi loin que je peux me souvenir, même enfant,  j’ai eu une passion pour la cuisine, l’alimentation, la santé naturelle et l’herboristerie. À l’adolescence, j’ai découvert les livres de Renée Frappier, une pionnière de l’alimentation saine et végétarienne au Québec. Ça a été une révélation pour moi! Dès les années 80, Mme Frappier parlait d’alimentation vivante et donnait des techniques de germination, de lacto-fermentation, des recettes de fromages de noix et de pain essène.  Tout un nouvel univers culinaire s’ouvrait à moi, des nouvelles techniques, des nouveaux ingrédients, de nouvelles saveurs… tant de possibilités ! L’alimentation vivante s’est donc ajoutée à mes techniques culinaires, mais de façon discrète et pour ses qualités gustatives uniquement, l’aspect santé ne me préoccupait pas autant. Ce n’est qu’il y a un peu plus de 5 ans, en apprenant qu’un membre de ma famille avait le cancer, que j’ai ressenti le besoin d’approfondir mes connaissances, de trouver une alimentation qui ne serait pas que saine et préventive, mais aussi curative.

Pour commencer, j’ai lu Gabriel Cousens,  Seignalet, Ann Wigmore et Victoria Boutenko. Même si ce n’était pas pour moi-même que j’avais entrepris ces lectures, il était impossible d’ignorer ces principes qui me semblaient si vrais, si évidents et de ne pas les appliquer à ma famille et à moi-même. C’est à ce moment que l’alimentation vivante a fait son entrée officielle sur notre table. Ce qui m’a accrochée toutefois, ce n’est pas la théorie ou les chiffres. C’est la pratique. Une fois que j’ai ressenti les bienfaits d’une alimentation majoritairement crue, une fois que j’ai redécouvert la « vraie » saveur des aliments non transformés,  je n’avais plus envie de retourner en arrière. Comme un grand cri du corps et du cœur. Pas de miracles ou de fausses promesses, seulement une profonde satisfaction, la certitude que cette alimentation me convenait. J’ai lentement perdu mon surplus de poids, je me suis débarrassée de problèmes de santé qui me narguaient depuis longtemps et j’ai ressenti un effet immédiat sur mon niveau d’énergie. Mais au quotidien, ce qui me donne envie de continuer dans l’alimentation crue et vivante, c’est le confort que procure une alimentation légère et digeste, ce sont les découvertes et les petits plaisirs gustatifs, c’est le respect pour ces végétaux qui nous nourrissent et que j’ai envie de mettre en valeur dans leur forme la plus naturelle possible.

 

Manger cru au quotidien, c’est pour toi une contrainte ? un plaisir ou tout simplement, quelque chose normal !

Pour moi, l’alimentation crue à 100% n’est pas un but ultime. L’alimentation crue et vivante est un outil parmi tant d’autres qui me permet de cheminer vers un idéal de santé et de bien-être. Aucune contrainte donc, seulement un choix. Je ne mange pas uniquement cru, mon alimentation est ce que les anglophones appellent high raw, que je pourrais traduire par « majoritairement cru ».  Donc mon alimentation change et s’adapte selon les saisons et surtout selon mes besoins.

Le fait de chercher à manger et à servir les aliments sans les dénaturer, de les mettre en valeur naturellement me semble tout à fait logique. Nos repas sont colorés, festifs, savoureux… aucune contrainte là !

 

Peux-tu nous donner des exemples de tes repas crus en ce moment ?

Les repas «majoritairement crus » sont un compromis parfait lorsqu’on cuisine pour toute une famille et que tous ne mangent pas nécessairement autant cru.  Ça me permet de respecter les goûts et les besoins de chacun sans avoir à préparer un repas cru à part juste pour moi.

Wrap de légumes : l'idéal pour manger des cruditésUn de nos classiques est le wrap dans une feuille de laitue. C’est très convivial, tout est placé au centre de la table et chacun peut se préparer son repas à son goût.  On part avec une grande feuille de verdure qu’on garnit : légumes frais hachés, fines herbes, olives, pâté végétal, guacamole.  Souvent il y aura un élément cuit comme des lanières de tofu sautées ou de l’hummus.  On roule du mieux qu’on peut dans notre feuille de laitue et on déguste en essayant de ne pas en mettre partout !

Si je ne cuisine que pour moi, j’opte pour la simplicité. Surtout en cette saison d’abondance, un mélange de verdures fraîchement cueillies et de fruits frais est mon repas idéal.

Vu de France, on a le sentiment que l’approche crudivore est bien développée chez vous avec pour la partie anglophone, de nombreux sites et pour les francophones, on trouve crudivorisme.com mais aussi crudessence, par exemple. Comment vois-tu les choses ?

C’est vrai que la proximité avec les États-Unis nous a probablement permis de connaître et d’avoir accès plus rapidement à certains ingrédients plus rares, surtout ceux qui sont à la mode du moment. Mais j’ai l’impression que la présence d’autant de références anglophones a rendu plus difficile l’émergence des sites francophones d’ici.  Je n’ai pas encore trouvé ici, par exemple, de site francophone d’où je puisse commander à prix raisonnable certains produits comme les noix et graines. Je fais donc affaire avec un site anglophone. La France est choyée de pouvoir être servie en français avec des fournisseurs comme Keimling, Orkos ou Market Veg.

 

Pourquoi avoir lancé crudivorisme.com ?

Il y a 5 ans, il existait très peu de ressources francophones en alimentation vivante. Les livres, les blogs personnels, les recettes, tout était en anglais ! En cherchant, en fouillant, j’ai découvert quelques sites, quelques livres, des perles francophones que j’ai eu envie de faire connaître. C’est là que l’idée a germé, l’envie de créer un site qui permettrait de répertorier les références et les services qui risquaient d’intéresser les amateurs d’alimentation vivante.

L’alimentation vivante a gagné en popularité et rapidement, nous n’avions plus rien à envier aux anglophones ! Maintenant, l’alimentation vivante est partout, mais j’ai envie de continuer à mettre en valeur les blogs qui présentent des recettes crues et des informations en français.

 

Comment vois-tu l’évolution du crudivorisme dans les années qui viennent ?

Un peu comme le végétalisme qui semblait si extrême il y a quelques années mais qui est de plus en plus accepté et loué, même par les professionnels de la santé ! Je crois que le crudivorisme est là pour rester et sera de plus en plus connu, compris et accepté.  Ce ne sera plus un effet de mode comme maintenant, où les superaliments et les recettes de gastronomie crue sont mis au premier plan, mais un courant sérieux, une façon d’apprêter simplement les aliments sans les dénaturer.

Quel est pour toi l’ustensile de cuisine indispensable pour un crudivore ?

De bonnes dents !  Non, sans blague, je crois qu’il n’y a aucun ustensile qui soit indispensable, même si certains nous facilitent grandement la vie. À l’origine, pour plusieurs comme pour moi, manger cru c’est un cheminement vers une alimentation simple et peu transformée. Les appareils permettent une transition plus douce d’une alimentation cuite vers une alimentation crue. Le déshydrateur, par exemple,  permet de reproduire les textures et les saveurs de plats cuits qui peuvent nous manquer. Le blender, lui, nous permet de consommer une plus grande quantité de verdure lorsqu’on n’a pas encore l’habitude d’en consommer.

La crudivore en moi n’a besoin d’aucun appareil sophistiqué. C’est mon côté « foodie », mon envie de jouer avec la nourriture, d’inventer et de créer qui fait que j’aurais de la difficulté à se passer de mon blender haute vitesse et de mon déshydrateur !

Si je devais choisir un seul ustensile de cuisine, ce serait le blender qui me permet de préparer des aliments que mes enfants aiment : smoothies, beurres de noix, lait de noix, crèmes glacées et sorbets.

 

Ton fruit préféré ?

Ça change selon la saison, mais la fraise est toujours dans mes favoris, autant dans les plats salés que les plats sucrés !

Ton légume préféré ?

J’aime particulièrement les légumes verts feuillus  comme le persil, la coriandre, l’épinard et le chou kale.

 

Ton plat préféré ? et celui qui étonne le plus les non crudivores ?

Mon plat préféré est tout simple. Une salade qui combine verdure et fruits est pour moi le meilleur repas. Chou kale et mangue , persil et orange , épinards et fraises. Il y a quelque chose de très satisfaisant  dans ce mélange sucré salé. Comme gâterie, j’ai un faible pour les truffes maison crues.

Le plat qui étonne le plus est probablement la crème glacée crue. J’en fais très régulièrement l’été et les gens ont toujours peine à croire que ça ne contient que des fruits ! Pas de gras, pas de sucre ajouté et c’est pourtant meilleur que les glaces achetées.

Retrouvez Julie sur :

crudivorisme.com

Tout cru dans le bec

– Sa page Facebook !

Partagez cet article avec vos amis !
    Ce contenu a été publié dans Interview - Témoignage, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

    5 réponses à Pour une alimentation saine, préventive et curative : découvrez Julie de crudivorisme.com

    1. Ecopicurienne dit :

      Merci pour cette fantastique entrevue et merci à Julie pour le partage si généreux des connaissances!!!

    2. Julie dit :

      Merci pour ton commentaire Écopicurienne:) Et moi aussi je veux remercier Grégoire pour cette occasion de partager ma passion!!!

      • Gregoire dit :

        Julie, comme j’ai pu te le dire, je trouve que tu transmets très positivement ta démarche et je suis certain que cela va aider des personnes à se lancer un peu plus dans l’alimentation vivante. A suivre donc mais ….moi aussi, je te remercie 🙂

    3. Bonjour,
      Premièrement, j’adore le mot ‘crudivore’, ça sonne santé 🙂 Bien que je découvre l’existence de l’alimentation vivante de type crudivoriste (ça se dit?) dans cet article, je me rends compte que je m’y adonne très souvent sans trop m’en rendre compte. Mes lunch sont constitutés, la majorité du temps, d’aliments crus, mais votre article me donne envie d’aller plus loin. J’ai aussi constaté que mon petit-fils préférait les légumes crus aux légumes cuits. Deux bonnes raisons de visiter le site de Julie. Merci pour cet article.

    4. Smoothie dit :

      Je viens de découvrir, et ça me semble tellement naturel… j’adopte, j’essaye dès demain ! Merci pour la motivation… et vive la nourriture vivante

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *